Messieurs les élus, et si on prenait d'écouter les citoyens!

Publié le par addult

Sauvegarde de l'Anjou

  

COEUR de MAINE, MÉPRIS du MAIRE

Posted: 21 Feb 2017 04:23 AM PST

Avant même que le PLUi d’Angers Loire Métropole soit opposable, sans que l’urgence ne s’impose, des arbres centenaires sont abattus place la Rochefoucauld et place de la Poissonnerie, au cœur de la ville, là où ils sont importants tant pour le paysage que pour la biodiversité. La Sauvegarde de l’Anjou dénonce ce passage en force.

P1060330

Une concertation pour quoi faire ?

Voté le 17 février, le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal de Angers Loire Métropole ne sera opposable qu’à partir du 25 mars : le maire d’Angers est-il au-dessus des lois ? Il proclame l’exemplarité du PLUi voté par rapport aux lois, mais ceux qui l’appliquent se doivent de l’être.

Entre les Basses Vallées Angevines et les prairies de la Baumette, ces arbres sont la continuité ténue pour la faune et la flore. Amputée, celle-ci remplira encore moins bien sa fonction de lien. À l’occasion des enquêtes publiques du PLUi, du tram et du projet Cœur de Maine, la Sauvegarde de l’Anjou avait dit son opposition  aux  abattages, soulignant le rôle de ces massifs végétaux dans la continuité écologique et l’absence totale de propositions sur la reconstitution du couloir de biodiversité le long de la Maine à Angers (la « trame verte et bleue », obligation résultant du Grenelle de l’Environnement). Capitale du végétal Angers ? De qui se moque-t-on ?

Dans le cadre du PLUi, la commission d’enquête, comme les élus d’Angers Loire Métropole, avaient tout simplement ignoré les observations de la Sauvegarde de l’Anjou. Le Président s’est alors engagé à nous associer à une réflexion d’ensemble sur la Maine à Angers.

Dans le cadre du projet Cœur de Maine, la collectivité a proposé de nous entendre… mais  a mis 6 mois à nous recevoir,  en décembre, une fois le projet totalement défini. Et aucune de nos observations n’a été suivie d’effet, aucune solution  alternative n’a fait l’objet de réflexion connue à ce jour. À quoi sert la concertation ?

Absence totale de stratégie écologique

Il y avait forcément d’autres solutions ! Il fallait les envisager et les comparer, en toute transparence, D’autant que l’abattage n’est pas compatible avec le schéma de Cohérence écologique (SCoT) qui vient d’être approuvé par le pays Loire Angers. Le SCoT a bien identifié la nécessité de renforcer la  fonction de trame verte et bleue de la Maine et de ses rives, dans la traversée de l’agglomération. Comment  justifier la compatibilité de ces abattages d’arbres avec les objectifs du SCoT ?

Dans ces conditions, ces destructions du patrimoine écologique le long de la Maine s’effectuent sans aucun plan raisonné de compensation, dans aucun cadre de stratégie écologique le long de la rivière, axe majeur de biodiversité et de migrations. La tenue forcenée de calendriers que rien n’impose l’emporte sur l’environnement. Développement durable ?

Le citoyen angevin est quant à lui, négligé, oublié : les remarques exprimées tout au long des concertations sur ces sujets n’ont pas eu de réponses satisfaisantes, aucune solution alternative n’a été recherchée. Les riverains n’ont pas été invités à une présentation des travaux : après les beaux discours, la blitzkrieg ?

Contact presse : Yves LEPAGE, Président de la Sauvegarde de l’Anjou, 06 88 81 16 27

Télécharger notre communiqué de presse : CP_SVA_abattage_arbres_21_02_171.pdf

Le Cœur de Maine : prendre de la hauteur

Posted: 16 Feb 2017 07:45 AM PST

Manque d’approche globale, paysagère et verte de l’entrée de ville. Voilà, en résumé, l’opinion de la Sauvegarde sur le projet Cœur de Maine envisagé actuellement par la ville d’Angers.
Dessin : Valcof

Dessin : Valcof

Une vision large en amont du Château, site particulièrement riche, a-t-elle été suffisamment prise ne compte ? Si oui, la Sauvegarde de l’Anjou n’a pas pu, jusqu’à présent, obtenir communication d’une telle étude. Par ailleurs, la Maine et ses rives constituent un axe migratoire d’importance internationale entre les Basses Vallées angevines et la Vallée de la Loire. Le Cœur de Maine doit avoir à « cœur », justement, de conforter une trame verte continue qui, vue du ciel, favorise le survol de l’espace urbain par les oiseaux migrateurs. Or, à la Poissonnerie, il est, au contraire, prévu d’abattre une rangée d’arbres, réduisant le peu d’espace vert à cet endroit très « minéral » de la ville. Autre questionnement, la continuité de la même trame verte au niveau des rives.

Pour en savoir plus lire la suite : questions-de-la-SvA-sur-le-projet-du-coeur-de-Maine-fév-2017.pdf

Coup d’arrêt de l’Agglo sur la bretelle d’accès à la ZAC de Moulin-Marcille

Posted: 23 Jan 2017 07:42 AM PST

Suivant, en cela, l’avis du commissaire-enquêteur, Anjou Loire Métropole a tranché : la bretelle d’accès à la ZAC de Moulin-Marcille (Les Ponts de Cé), telle qu’initialement prévue, ne se fera pas. Argument avancé : trop cher, la facture s’étant alourdie, passant de 7,5 M d’euros à 9 M d’euros. Alternative choisie : élargissement de l’accès existant. Dans les coulisses, il se dit que les arguments déposés à l’enquête d’utilité publique par les associations de protection de l’environnement dont la Sauvegarde de l’Anjou et la Sauvegarde de la Loire angevine ont, par leur pertinence, pesé dans la décision.  La Loire, l’Authion et leur biodiversité exceptionnelle  se félicitent de ce choix !

Illustration : VALCOF

Illustration : VALCOF

Pour relire la déposition de la Sauvegarde de l’Anjou à l’enquête publique : avis-SvA-EP-bretelle-Moulin-Marcille-14-novembre-2016.pdf

Cette déposition pointait notamment l’absence d’étude de solutions alternatives à un passage dans le lit majeur de la Loire, solutions qui existent pourtant.

Commenter cet article