Rapport d'activité de l'AG 2017 (3)

Publié le par addult

E. Commission « Urbanisme »

La commission c’est beaucoup impliquée en 2017 sur trois sujets :

1. Mares de la Quantinière : Ayant constaté en cours d’année le comblement partiel et l’assèchement des 2 mares principales de la Quantinière, la commission a saisi le Maire, l’aménageur et la Police de l’eau. En effet ces actions réalisées par l’aménageur, avec l’aval de la Mairie, ne sont pas conformes à l’étude d’impact du dossier. Pas de réponse comme d’habitude de l’aménageur Besnier, réponse non satisfaisante de la mairie, réponse plus positive mais très timide de l’administration. Dossier à suivre en 2018.

2. Pré Bonnette : Nous avons constaté le projet d’abattage des seuls 14 beaux arbres du site et avons saisi le maire à ce sujet avant le démarrage des travaux. Celui - ci nous a répondu qu’il allait prendre en considération notre demande mais les arbres ont été abattus quelques jours après. Lors de la visite du quartier la commission s’est rendue sur place et a demandé aux élus que le double d’arbres soit replanté, en compensation, sur le pourtour du bassin du projet situé face à la médiathèque. Le maire nous a confirmé son accord et nous avons fait un courrier en ce sens.


 

3. Dossier de la Quantinière : La commission a continuée à interpeller la mairie et l’aménageur sur la destruction de la haie de chênes et la non-réalisation des jardins potagers mais sans résultat à ce jour.

4. Synthèse : En 2017 la commission urbanisme à jouer son rôle de lanceur d’alerte, et à travers ses animateurs Yves Bourrigault et Pascal Reysset est resté solidaire d’autres associations notamment la CLCV et du Collectif Commanditaires sur le dossier des Allumettes où le permis de construire stipule que « l’abattage partiel ou total des arbres identifiés dans le plan d’occupation des sols sera subordonné à des plantations nouvelles respectant le caractère du lieu ».

F. Initiatives et participations

1. Initiatives

  1. Baromètre du DD (Développement Durable) : malgré plusieurs relances auprès de M. le Maire, aucune avancée.

  • Questionnement sur les produits utilisés et leur impact sur l’environnement pour le traitement contre le moustique tigre.

2. Participations

  • A l’AG de la Sauvegarde de l’Anjou le 4 février.

  • Aux réunions pour la préparation de la Fête du Printemps.

  • A l’AG d’Alisée le 28 avril.

  • A la Festimuse aux Ponts-de-Cé le dimanche 14 mai.

  • Aux 10 ans de Terre et Terroirs le 16 septembre.

  • Aux réunions concernant le projets des centres sociaux (juin et novembre).

  • A l’AG de Sang et Vie le 23 mai.

  • Rencontre du quartier « Malaquais » le 21 octobre.

3.Soirées-débat

- Le 30 mars : « Trélazé, hier, aujourd’hui et demain ». Soirée animée par Liliane LAFON et Pascal REYSSET à partir d’un document élaboré dans le cadre du Conseil des Sages.

Très bonne participation du public venu nombreux (70 personnes) et auteur de suggestions : 1) actualiser ce travail au fur et à mesure des projets urbanistiques de la ville 2) suivre l’évolution des nouveaux quartiers (Quantinière, Allumettes…) 3) respecter la toponymie officielle et non l’usage courant.

- Le 26 octobre dans le cadre du festival « AlimenTerre », coordonné par le CCFSI (Comité Français pour la Solidarité Internationale), diffusion du film documentaire « Land Grabbing » de Kurt LANGBEIN (2015). Aujourd’hui, les terres arables sont devenues rares et précieuses. De plus en plus d’investisseurs cherchent à exploiter des terres pour produire des agrocarburants ou des céréales destinées à l’exportation. La terre est devenue un investissement financier à part entière. Ce documentaire illustre l’impact de divers projets d’agrobusiness qui accaparent les terres nourricières des populations locales, aussi bien Afrique, en Asie, qu’en Europe, notamment en Roumanie. Ce film démontre les incohérences du système alimentaire mondial. Il a proposé un regard critique sur les pratiques des investisseurs fonciers, les politiques européennes en la matière et leurs répercussions sur les populations locales.

Un échange a suivi animé par Adrien FROUIN de l’association Terre de Liens. Cette association est née en 2003 de la convergence de plusieurs mouvements liant l’éducation populaire, l’agriculture bio et biodynamique. Terre de Liens articule 1) un réseau associatif mobilisé partout en France qui accueille et accompagne les paysans pour leur accès à la terre 2) la foncière, une entreprise d’investissement solidaire ouvert aux citoyens 3) la fondation est habilitée à recevoir des legs et donations des fermes. Cette action combinée permet 1) d’acquérir des terres agricoles et d’éviter ainsi leur disparition 2) d’assurer la préservation à long terme par un usage écologique et responsable 3) de mettre ces terres en location à des agriculteurs pour une production biologique ou paysanne 4) de partager le fruit de ces expériences avec tous les acteurs intéressés 5) d’inventer de nouvelles réponses à la crise du foncier agricole et de réunir citoyens, décideurs et acteurs agricoles autour de ces perspectives.

70 personnes ont assisté à cette soirée. ADDULT a fait un don de 20 euros au collectif AlimenTerre.

*****

ADDULT est membre de l’ALEC, de la commission extramunicipale « déplacements doux », partenaire de la Muse, adhérent à Alisée et à la Sauvegarde de l’Anjou.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article