Fukushima, c'est loin... en France, on a plein de réacteurs... anciens!

Publié le par addult

"Je me suis rendu la semaine dernière à la réunion publique de la CLI de la centrale de Chinon (une cinquantaine de personnes dans la salle des fêtes d'Avoine). Le thème de la réunion était la présentation des mesures post Fukushima prises en France depuis 2011 et, en l'occurence, à la centrale de Chinon. Sous les auspices du vice président de conseil départemental d'Indre et Loire, trois intervenants : le directeur de l'ASN, un responsable de l'IRSN et le tout nouvellement nommé directeur (EDF) de la centrale.

Le discours était unanime et sans ambiguïté : AUCUN INDUSTRIEL AU MONDE N'A INVESTIT A UN TEL NIVEAU (dixit) dans les mesures visant à améliorer la sureté des installations. Trois phases d'investissement, des aménagements techniques sans faille, qui faisait suite à un diagnostic complet des installations, en 2012-2014, OU RIEN N'AVAIT PU ECHAPPER à la vigilance des experts.

En écoutant certains morceaux de bravoure, on se serait cru 20 ans en arrière, tant ce discours dénué de prudence ou de remise en question est devenu plus rare aujourd'hui. Mais ne soyons pas mauvais esprit, ayons pour une fois confiance en l'excellence française qui nous mettra ad vitam à l'abri des grossières bévues que font les nucléaristes de par le monde qui n'ont pas eu la chance de naitre chez nous.

Sauf que...: J'avais également, en tant que membre représentant Alisée, assisté à la CLI de décembre 2017. Pendant laquelle on nous a expliqué pendant 20 mn la chose suivante : A l'automne dernier, fortuitement, il est découvert à la centrale de Belleville sur Loire une anomalie sur les tuyauteries de captage, dans la Loire, de l'eau nécessaire au refroidissement :"non conformité au séisme, risque de perte de source froide des réacteurs". En clair petit séisme = accident nucléaire majeur, excusez du peu en matière de sureté nucléaire. Seulement à Belleville ?

Ce genre d'anomalie fait l'objet d'une campagne de test sur l'ensemble des centrales car ils savent que ça peut devenir "générique". Et c'était bien le cas puisqu'il s'est avéré que 29 réacteurs étaient concernés, dont deux réacteurs de Chinon. Pour le circuit principal ET celui de secours.

Si le hasard n'avait pas permis de découvrir cette corrosion interne des tuyauteries à Belleville, nous serions restés encore des années avec cette non conformité, jusqu'à ce que la procédure normale de controle visuel permette d'identifier l'anomalie (sic ASN). Autrement que la rouille vienne percer à l'extérieur du tuyau !

Au-delà du caractère effrayant de ces révélations, c'est le double discours qui apparait de façon criante

Quelle dose de cynisme il faut avoir pour affirmer le 10 avril 2018 qu'aucune anomalie n'a pu échapper au meilleur industriel nucléaire de la planète, alors que les mêmes personnes faisaient aveu de faiblesse trois mois avant.

Parmi les personnes qui lisent ce message, il y a en sans doute qui soutiennent encore ce discours en faveur du nucléaire

D'autres ont choisi de militer pour sa disparition

Et, entre les deux, il y a sans doute une majorité de personnes qui sont contre le nucléaire mais qui n'ont pas mis dans leurs priorité d'action de manifester concrètement leur position.

Je fais ce postulat : Toute personne qui, en tant que citoyen, ne se dresse pas chaque fois que c'est possible pour dire aux instances du nucléaire, aux élus locaux qui soutiennent le lobby : "MENTEURS !", cette personne défend l'industrie nucléaire, quelles que soient ses opinions

Et une proposition pour finir : retrouvons nous pour en discuter au sein d'un groupe Alisée, en lien avec la participation à la CLI de Chinon

Energiquement

JY Buisson, Alisée"

La transition énergétique ne se fera pas toute seule !

La souscription à ENERCOOP et/ou ENERGIE PARTAGEE c'est maintenant

http://www.enercoop.fr/

https://energie-partagee.org/

Publié dans Energie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article