Débat sur le nucléaire : Matière à réflexion !!!!!!!!

Publié le par addult

ECLAIRAGE

 Le nucléaire sans uranium :  si c'est possible pour quoi on ne le fait pas ?
>
> Bonjour 
> J'ai été très étonnée par le dossier "
Le nucléaire sans uranium c'est possible" paru dans le dernier Science et vie (n°1130, novembre 2011 pages 60 à 79) qui présente la méthode alternative du réacteur à sels fondus au thorium
>
> Ci-dessous résumé rapide du dossier (20 pages) 
> Je trouve incroyable les faits relatés : ainsi, notre "intelligence collective" ne nous aurait pas permis de faire le meilleur choix pour le bien public et l'humanité.  Un peu plus de sens des responsabilités de nos dirigeants politiques auraient évité  Tchernobyl  et  Fukushima ?
>  
>
> Mes questions
>
> 1) Les réacteur à sels fondus au thorium : y a il de vrais freins ?
> - n'y a il pas des "vices cachés", un inconvénient majeur passé sous silence, certains des arguments présentés (voir ci-dessous) sont ils exagérés ?
> - en matière de déchets : si on en produit 1000 ou 10 000 fois moins, est-ce quand même acceptable ?
> - combien de temps pour le développer ?
>     - pourrait il remplacer avantageusement l'EPR ?
> - le frein majeur est il le facteur temps ? (le temps de le développer et généraliser, les anciens réacteurs seront en bout de course depuis longtemps)
>
> 2) Est il pertinent de lancer le débat sur cette question   ?
> - ce serait un argument pour arrêter la construction de l'EPR et arrêter le nucléaire actuel
> - demander qu'on transfère sur cette technologie  les moyens prévus pour ITER ?
>
>  
> En résumé :
> Que des avantages :
>
  • réacteur "intrinsèquement sûr et docile"  :  le cœur ne pourrait plus s’emballer, les risques d’explosion sont écartés, les problèmes de pression sont réglés, la question du refroidissement en cas de panne est résolue
    >
    • => aucun risque de provoquer Tchernobyl ou  Fukushima ou Three Mile Island (ces 30 dernières années, 1% des réacteurs en activité ont "crashé")
  •  rendement énergétique   plus élevé  / ressources de thorium   immenses (4 fois plus que l'uranium)
    >
  • la quantité de déchets à vie longue est 10 000 fois moindre
    • le caractère "surgénérateur" du réacteur permet de réutiliser en partie les déchets
    • possibilité de brûler le plutonium militaire et les déchets des réacteurs actuels
      >
  • menaces de prolifération réduites : très périlleux de fabriquer une bombe atomique avec cette techno
    >
    • cela éviterait bien des soucis avec toutes les dictatures qui manient l'atome...
  • Coût de construction abordable
    >
  • Bref  :  Cette technologie, estime Victor Ignatief, physicien à l’Institut Kurchatov (Moscou), « coche toutes les cases de garanties de sécurité »
    >
freins
>
  • résoudre les problème de corrosion
  • moyens financiers qu'on ne veut pas dégager
    >
Pourquoi cette technologie n'a pas été choisie ?
>
  • voie explorée dès les années 40, en  parallèle à celle de l'uranium
  • la sûreté n'était pas un critère de sélection ! ni l'efficacité, ni la sobriété en déchets !
    >
    • le choix de l'uranium a été fait pour des raisons politiques => volonté de développer le nucléaire militaire en même temps  
    • agi dans l'urgence :
      >
      • course à la bombe atomique => critère = capacité à produire le + rapidement possible du plutonium !
      • rivalité avec URSS
      • pour le choix du réacteur civil pour produire de l'électricité=> choisit le même réacteur  que pour les application militaires (réacteur REP -réacteur à eau sous pression) pour la seule raison qu'il est déja prêt.
        >
        • => il n'y a jamais eu de débat pour choisir le meilleur réacteur civil !
      • aujourd'hui, l'urgence, c'est le changement climatique...
        >
  • Pas abouti ? 
    >
    • Deux petits prototypes ont déjà été construits aux US (1954 - 1965 : le prototype tourne 13000 heures, rencontrant très peu d'incidents-mineurs)
    • 1969 : étude d'un réacteur de 1000 mégawatts  => arrêt brutal en 1973, la Commission à l'énergie Atomique coupe les financements sans aucune raison technique (problème de susceptibilité ?...)
    • Des chercheurs du CEA et d'EDF continuent les travaux pendant 10 ans, mais l'idée est discrètement mise au placard  => Tous les moyens financiers et humains consacrés à la filière uranium
      >
  • la France est trop avancée sur la voie de l'uranium pour changer de voie (fuite en avant)
    >
  • la nouveauté effraie
    • les réacteurs actuels ont acquis 14 000 années d'expérience !! ce qui a permis de capitaliser les expériences pour réagir face aux incidents...
    • il faut des décennies pour prouver qu'on a trouvé un meilleur chemin : première décennie = construction de qq centrales, 1 ou 2 décennies supplémentaire pour juger en réel des progrès. 
      >
    • architecture du réacteur au thorium atypique
      • le combustible se présente sous forme liquide et non solide... etc...
    • Les industriels mènent la danse et ne veulent pas perdre leur "avance"; Les scientifiques n'ont pas droit au chapitre- sans moyens financiers et sans volonté politique ils ne peuvent avancer
  • Les risques ?
    • excès d'optimisme des ingénieurs, persuadés qu'ils arriveront à trouver les techniques pour renforcer la sécurité... 
      >
    • si on propose une nouvelle génération "à la sureté intrinsèque", cela jette un doute sur la sûreté des réacteurs existants... inacceptable !
      >
 
> Quelques liens :
> http://www.automatesintelligents.com/echanges/2011/avr/thorium.html   Des réacteurs nucléaires au thorium ? (avril 2011)
> http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/energie-nucleaire-a-base-de-91442  Energie nucléaire à base de Thorium : la Chine se lance  (mars 2011)
> http://www2.cnrs.fr/journal/736.htm                    2003
> http://www2.cnrs.fr/presse/journal/2805.htm    avril 2006
> http://lpsc.in2p3.fr/gpr/gpr/french/rsf.htm
> http://mbm.hautetfort.com/archive/2011/11/09/il-existerait-des-alternatives-au-nucleaire-a-l-uranium-le-n.html
>  
>
Copie de correspondance . source Y.B

Publié dans le petit rapporteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article